dimanche 11 novembre 2007

OGM ! ENCORE ET TOUJOURS ! IL N'Y A PAS DE QUOI RIRE !

On a appris ces jours-ci que José Bové venait d'être convoqué devant le juge d'application des peines en vue d'effectuer les 4 mois de prison ferme auxquels il a été condamné au printemps dernier.
Autre info : à la suite du fameux Grenelle de l'environnement, le ministre Borloo confirme, lors de la séance des questions à l'Assemblée nationale, que la France allait appliquer la "clause de sauvegarde" qui permet de suspendre la commercialisation et la culture de semences génétiquement modifiées. Il s'agit en fait du fameux maïs OGM MON 810 mis au point et vendu par la sulfureuse multinationale de l'Agroalimentaire MONSANTO.
Or, appliquer la clause de sauvegarde revient, de fait, à mettre en oeuvre un moratoire. Ce que réclament avec la véhémence et la conviction que l'on sait, les anti OGM et ce que soutient une large majorité de nos concitoyens.
Mais il y a comme un défaut comme dirait l'autre.
D'un côté on veut mettre en prison le défenseur du mouvement anti OGM et, dans le même temps, on reconnait que les impacts sanitaires et environnementaux du maïs MON 810 n'ont pas été évalués correctement, d'où l'application de la clause de sauvegarde. Mais justement, appliquer cette clause revient à reconnaître implicitement que le combat des anti OGM est juste.
Triste et absurde contradiction ! Pour ne pas dire tragique !
Réclamons donc l'arrêt immédiat des poursuites judiciaires dont sont victimes les anti OGM et leur leader emblématique.

1 commentaire:

Julien B. a dit…

Que pensez vous de la tendence actuelle aux Etats-Unis de vouloir vendre de la viande, du lait... issus d'animaux clonés ?

Tout ça pour sélectionner des individus plus rentables !

En toute rigueur, d'un point de vue scientifique et génétique on ne devrait pas avoir de crainte car la viande par exemple devrait être la même que "l'animal d'origine".